• Soutenance de thèse,

L’expérience artistique en prison. D’une triple inertie à l’expérimentation de transformations sociales.

Publié le 18 septembre 2015 Mis à jour le 28 février 2017
Date(s)

le 3 mars 2017


à 13h00
Lieu(x)
Bâtiment B - salle B015 René Rémond
Mme Pauline DELANNOY, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du diplôme de doctorat Lettres et Sciences Humaines.

CNU: 19 - Sociologie, démographie

Directrice de thèse:

M Philippe COMBESSIE, Professeur des Universités

Membres du jury:

M. Thierry ROCHE, Professeur des Universités, Université Aix Marseille
Mme Corinne ROSTAING, Maître de Conférences -HDR-, Université Lyon 2
M. Philippe COMBESSIE, Professeur des Universités, Université de Université Paris Nanterre
M. Jean-Michel FRODON, Professeur Associé, IEP de Paris
Mme Anne MONJARET, Directeur de Recherche - HDR-, CNRS Paris
M. Gabriel SEGRE, Maître de Conférences -HDR,  Université de Université Paris Nanterre.

Résumé :
Cette recherche, repose principalement sur une enquête de 24 mois dans des ateliers de création artistique installés dans la maison d’arrêt pour hommes du centre pénitentiaire de Marseille, que nous avons conjuguée à une enquête de 13 mois dans le centre éducatif fermé de Montfavet. Le travail engagé a surtout reposé sur la volonté d'examiner le maillage entre art, prison et société, considérant finalement que l'enfermement le plus visible pouvait, quand il devenait le point central d'une expérience artistique de collaboration entre le dedans et le dehors, permettre de mener une réflexion sur d'autres types de cloisonnements à l’œuvre dans la société.
Prenant appui sur un dispositif de création collaborative, développé avec des groupes de participants incarcérés et de la société civile, nous nous sommes questionnée sur son sens, ses fonctions, ses effets, à trois niveaux : individuel, institutionnel et sociétal. Nous avons envisagé cette action artistique comme un terrain d’expérimentation de transformations multiples et avons élaboré comme point d’appui conceptuel la notion de triple inertie. Il nous fallait alors tenter une analyse qui ne compartimente pas les impacts en fonction des différents champs de répercussion, s'appuyant sur une perspective d'analyse des agencements préexistants et des réagencements produits. C'est ainsi qu'a émergé une problématique centrale, constituant une armature pour structurer l'ensemble des questions que nous souhaitions abordées dans ce travail, et qui peut ainsi se formuler : en quoi l'expérience artistique collaborative en prison, dans une dynamique transformative, constitue une mise en mouvement et un dépassement des inerties et frontières carcérales à trois niveaux indissociables, individuel, institutionnel et sociétal?

MOTS CLÉS : Prison, création artistique, société, collaboration, transformations, inerties.



Mis à jour le 28 février 2017