• Soutenance de thèse,

Asymétries,volatilité et déterminants des prix sur les marchés des matières premières premières énergétiques.

Publié le 6 novembre 2015 Mis à jour le 6 décembre 2016

Asymétries, volatilité et déterminants des prix sur les marchés des matières premières énergétiques.

Date(s)

le 12 décembre 2016

à 10h45
Lieu(x)
Bâtiment C
Salle C 102a
M Stéphane SILVESTRE, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du doctorat en Sciences Economiques


Section CNU: 05 - Sciences économiques


Directeur de recherche :
M. Remzi UCTUM, Chargé de Recherche CNRS
Codirecteur
M. Fatih KARANFIL, Maître de Conférences - HDR


Membres du jury :

M. Frédérique LANTZ, Professeur des Universités, IFP School
Mme Patricia RENOU-MAISSANT, Maitre de Conférences, Université Caen.
Mme Helyette GERMAN, Professeur d'enseignement Supérieur, University of London et John Hopkins
M Fatih KARANFIL, Maître de Conférences- HDR, Université Université Paris Nanterre.
Mme Valérie MIGNON, Professeur des Universités, Université Université Paris Nanterre.
M. Remzi UCTUM, Chargé de Recherche CNRS, Université Université Paris Nanterre.


Résumé

Les variations des prix des carburants, tout comme celles du pétrole, représentent depuis les années 1970 un sujet d’étude majeur pour les économistes du monde entier. La première raison de cet intérêt tient à l’impact direct et tangible de ces variations sur le pouvoir d’achat des consommateurs, pour lesquels la dépense en carburants est considérée comme contrainte. Une seconde raison réside dans la nature très homogène de ce produit, qui le classe dans les commodités et qui en fait un très bon sujet pour l’étude des modèles de formation et d’équilibre des prix. Bacon (1991) a été le premier à mettre en évidence et à formaliser l’asymétrie entre la transmission des hausses et des baisses du prix du pétrole, qu’il baptisa l’effet « rockets and feathers ». Par la suite, Borenstein et al. (1997) ont proposé un modèle de relation dynamique des prix avec asymétrie, qui fait toujours autorité aujourd’hui. Surtout, ils avancèrent trois hypothèses pour expliquer cette asymétrie, en distinguant le marché amont du marché aval, pour lesquels les mécanismes et les acteurs diffèrent. Le développement de modèles économétriques plus sophistiqués, permettant notamment de prendre en compte les non linéarités ou les changements de régime multiples, a permis d’approfondir la compréhension des processus de transmission des chocs sur les prix.
Cependant, si la présence d’asymétries dans la transmission des prix est admise, le rôle de la volatilité est encore imparfaitement décrit et des questions demeurent ouvertes. Comment les agents économiques modifient-ils leurs comportements en périodes d’incertitude accrue ? Les facteurs de transmission des prix sont-ils affectés ? Les effets sont-ils transitoires ou permanents ? Quelles différences existe-t-il entre l’amont et l’aval de la chaîne de valeur ? Alors que la volatilité des prix se trouve accentuée sur les marchés et que les mécanismes de formation des prix se complexifient, ces questions sont d’un intérêt croissant pour les régulateurs, mais aussi pour les intermédiaires de marché eux-mêmes.
Les travaux menés dans le cadre de cette thèse portent sur les processus de transmission des prix des matières premières énergétiques, en particulier des carburants et du gaz naturel. Ces travaux se focalisent plus particulièrement sur trois aspects : i. les asymétries dans la transmission des chocs haussiers et baissiers ; ii. le rôle des variations de la volatilité des prix ; iii. l’impact des changements structurels sur leur transmission. Ces questions sont traitées dans trois études, qui ont fait ou vont faire l’objet de publications dans des revues internationales.
Dans sa globalité, cette thèse nous aura montré l’importance du rôle des changements de régime, à la fois dans les coefficients et dans la volatilité, sur la transmission des prix sur les marchés de l’énergie, mais aussi dans la diffusion de leurs effets sur l’économie. Nos résultats nous auront aussi permis de confirmer ou d’infirmer certaines hypothèses de la littérature, comme la présence significative d’asymétries sur le marché français des carburants, leur effet positif sur les coefficients de transmission, leur disparition sur le marché aval français sous l’effet de la concurrence et du renforcement des contrôles publics, l’effet positif de la volatilité des prix sur les asymétries ou encore celui de la production américaine de gaz de schiste sur le commerce extérieur et la consommation de gaz naturel. Ces résultats empiriques présentent un intérêt académique pour les économistes de l’énergie, mais aussi opérationnel pour les autorités de régulation des marchés financiers et les pouvoirs publics, dans le cadre du pilotage de la transition énergétique. Ils posent aussi de nouvelles questions de recherche et ouvrent la voie à de nouveaux projets qui sont présentés en conclusion.

Mots Clés:

énergie, carburants, pétrole, gaz naturel, matières premières, prix, volatilité, asymétrie, cointégration, ECM


 




Mis à jour le 06 décembre 2016